Le gypaéton Muzelle.

La photographie des grands rapaces est parfois une pratique ingrate.

Parfois seulement.

Après des heures de repérages, de connaissances des lieux fréquentés par les oiseaux, on peut raisonnablement envisager de photographier l’individu cherché, dans la position voulue, dans le lieu sauvage où il nous attend peu…

Ce que cette image ne montre malheureusement pas, c’est l’environnement magnifique et austère où évolue cet animal, d’immenses falaises bordées par de fortes pentes(« terrain à chamois »).

Elle ne montre pas non-plus les heures d’observation du trio de gypaètes, jusqu’à quasiment connaitre leurs habitudes.

Elle ne montre pas enfin l’engagement nécessaire pour cette image-ci, dans le terrain à chamois, crampons aux pieds et corde à portée de main.

Chute interdite.

Dans le terrain à chamois qu’on est alors obligé de fréquenter, il ne faut pas oublier les crampons d’alpiniste ni la corde!